Sortir de l’entre-soi écologique

Le vrai défi : éveiller les intelligences !

L’éveil des consciences, mais au-delà même l’éveil des intelligences à la réalité du réchauffement climatique et de l’écologie en général est une condition essentielle et déterminante d’une transition réussie.

Sans une réelle compréhension par tous -ou au moins par le plus grand nombre- du défi auquel nous sommes confrontés, l’humanité ne saura pas saisir l’occasion de son adaptation.   

Aucun pouvoir politique, quelle que soit sa bonne volonté, ne pourra imposer des mesures – et a fortiori des mesures contraignantes- destinées à répondre à une problématique dont l’ampleur et les conséquences échappent totalement à la majorité des citoyens.

De plus, la mise en œuvre concrète et efficace de solutions nécessite l’implication et la compétence de l’ensemble des acteurs concernés (à titre d’exemple, l’essentielle rénovation et l’amélioration énergétique du parc immobilier ancien ne pourront se faire sans une totale adhésion des artisans impliqués).

Les mouvements militants en faveur d’une action contre le réchauffement climatique et leur médiatisation ont un impact fondamental sur les consciences ; leurs effets sont réels. Mais il est important de ne pas se laisser aveugler par l’ampleur de ces élans citoyens.

Outre le déni, la majorité des individus est infiniment plus exposée aux approximations, aux récupérations, aux manipulations des faits et aux « fake news » qu’aux réalités scientifiques.

Or, le diagnostic des impacts de nos modes de vie sur notre environnement est établi scientifiquement et, sauf à prendre le risque de se fourvoyer totalement, aucun remède ne doit être évalué autrement que sur des critères scientifiques (auxquels il faut bien évidemment associer une analyse de faisabilité technico-économique).

Les pouvoirs publics, les associations, les ONG, les célébrités et les citoyens anonymes engagés contre le réchauffement climatique doivent aller au-delà de la seule « conscientisation ».

Il ne s’agit pas de transformer chaque citoyen du monde en expert scientifique, en être rationnel déconnecté de tout affect. Il n’est pas non plus question d’élitisme ! L’intelligence est la capacité à connaître, à savoir ; avec un minimum d’effort et d’aide, nous avons tous cette faculté.

Quant à l’écologie, qu’on le veuille ou non, ce n’est pas une religion, pas un hobby, il s’agit bien de la science des relations des êtres vivants entre eux et avec leur environnement.

Il est temps de réapprendre à faire confiance à ceux qui savent, de résister, avec vigilance, à la théorie perpétuelle du complot. 

Nous avons tous le devoir de comprendre, de nous informer, de nous former, et ce afin de pouvoir ensuite expliquer, transmettre, former à notre tour et, plus généralement, participer intelligemment à la transition.

Sans cette transmission de masse de faits scientifiques objectifs, on ne sortira jamais d’un entre soi écologique finalement très restreint et pas toujours rationnel ; l’objectif de limiter au maximum le réchauffement climatique ne sera pas atteint.

Il est urgent d’éveiller collectivement les intelligences !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *