Ampli à tubes – 1 – Pourquoi ? Comment ?

Pourquoi construire soi même un amplificateur, à une époque où n’importe quel appareil électronique peut être livré chez vous en moins de 48 heures après quelques clics bien placés ?

Pourquoi étudier des dizaines de schémas électroniques, acheter des centaines de composants et les assembler pour atteindre, au mieux, une qualité proche d’un amplificateur à transistors mais avec un rendement énergétique déplorable ?

Pourquoi utiliser une technologie jugée obsolète ?

Quelques raisons :

– J’ai, entre autres, étudié l’électronique sans jamais la mettre en pratique, c’est frustrant. C’est l’occasion de voir si ce que j’ai appris en tant qu’étudiant peut m’être utile.

– Je me suis dis que plutôt que d’avoir un énième appareil électronique » made in China », si je pouvais en avoir un utile et fabriqué à la maison, conçu pour durer et livré avec les plans, si jamais il était nécessaire de le réparer, ce serait une bonne chose.

-Je trouve tout à fait charmante l’idée d’utiliser des composants inventés au tout début du siècle dernier, pour fabriquer un appareil aussi banal (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Historique_des_tubes_électroniques).

Je pourrai ajouter d’autres motivations :

– Certains audiophiles estiment, à tord ou à raison, que seule l’amplification à lampes (tubes électroniques) est valable : on pourrait donc obtenir un résultat correct !

– Je trouve ces tubes illuminés très esthétiques et la chaleur générée est un plus non négligeable en hiver.

– Enfin, je trouve fascinant le fait que des électrons traversant un espace vide puissent au final générer un signal musical audible.

Comment procéder ?

J’ai commencé par rassembler un maximum d’informations : livres et sites internet traitant du sujet. J’ai ensuite établi un petit cahier des charges :

– n’utiliser que des composants neufs, pas de récupération ou d’utilisation d’ancien stocks à la qualité douteuse,

– n’utiliser que des composants au coût raisonnable et dont les qualités sont démontrables scientifiquement : exit les câbles en or massif ou les condensateurs en cuivre/argent fait main ! Restons dans le domaine du rationnel…

– une puissance finale raisonnable, autour de 20 W audio restitués, ce qui est déjà beaucoup pour un usage en appartement !

– une distorsion minimale (qui sera mesurée) et un souffle résiduel le plus bas possible (inaudible ?)

– un objet tout en un, réellement utilisable au quotidien par toute la famille :

  • les circuits disposent de protections automatiques,
  • l’utilisation de l’appareil est simple,
  • un seul boitier contient le pré-amplificateur et l’amplificateur,
  • les réglages « classiques » sont disponibles (volume avec télécommande, balance, réglage aigus / graves, sélecteur d’entrée), débrayables pour les puristes.

– l’ensemble devra être relativement esthétique et parfaitement sûr.

Le projet est lancé ! prochaine étape : la conception, il s’agit de choisir un schéma fonctionnel.